On ne vous a pas tout dit : le lâcher prise

Mis à jour : mai 22




Sur les réseaux sociaux y’a des thèmes qui reviennent comme ça. Des grands mots qui sont mis sans que personnes ne sachent vraiment le définir. Des mots qu’on lit tellement qu’ils deviennent du langage courant sans pour autant que personne ne puisse vraiment vous les expliquer.

Des mots comme le body positive, la pleine conscience ou encore le miracle morning. Puis il y a le lâcher prise.


Combien de fois ai-je entendu : « Anais tu ne pourras pas guérir si tu ne lâches pas prise ».  Je disais « ok mais comment je fais ?" et on me disait simplement « arrête de tout vouloir contrôler et laisse faire les choses. ». Mais le lâcher prise est ce finalement aussi réducteur que ça ? Ces personnes qui vous le rabâchent sans arrêt « lâche prise » savent-elles vraiment elles-mêmes le faire ?


On ne vous a pas tout dit sur le lâcher prise


Commençons par le commencement.

Je suis quelqu’un de têtue, je suis quelqu’un de bornée et je suis quelqu’un qui déteste abandonner.

Et le terme lâcher prise a cette ambiguïté qui nous donne l’impression qu’on renonce, qu’on cesse de persévérer, qu’on lâche tout simplement.Fait encore plus vrai pour les control freak comme moi! Ne soyez pas outrés ! Je pense qu’on est beaucoup ici à avoir se besoin de contrôler, se besoin de se dépasser, de surprendre et surtout de se surprendre quand personne ne nous en en croit capable.


C’est même instinctif.


D’ailleurs première contradiction à relever ici : les personnes qui vont diront qu’il est sain de lâcher prise seront aussi celle qui vous dirons que tu es tombée mais que tu te relèveras, que tu as échouée mais que tu vas réessayer.


Plus encore, on est formatés autour du principe de la persévérance, de la performance ! Qui n’a jamais entendu :

  • « No pain no gain »

  • « Tombes une fois relève toi deux fois, tombes deux fois relève toi dix fois »

  • « If you want to enjoy the rainbow be prepared to dance under the storm »

  • « Si ton objectif ne te fais pas suffisamment peur c’est qu’il n’est pas assez grand »


J’arrête là vous avez compris le message.



Alors du coup, est-ce si facile de lâcher prise ? Et puis si lâcher prise ce n’est pas renoncer alors qu’est ce que c’est?


Mais au fait, lâcher prise c’est quoi ?


  • Être soi, être libre sans penser aux préjugés : Lâcher prise c’est se mettre à nu sans se soucier des que dira t on. C’est savoir se dévoiler tel que l’on est et affirmer être à prendre ou à laisser le tout avec confiance. 

  • Être son propre projet : C’est arrêter de vivre pour satisfaire les autres et penser à ce qui nous nourris vraiment. Repositionner ses valeurs, ses objectifs, sans y inclure les autres. Le tout en se donnant les moyens d’une stratégie différente pour de nouveaux résultats, s’attirer le succès en changeant de méthode.

  • Mais lâcher prise c'est avant tout faire confiance en la vie sans vouloir en déterminer chaque minute et chaque étape en se disant que l’échec n’était pas un échec mais une opportunité d’apprendre. Être l’écrivain et l’acteur principal de sa vie sans vouloir corriger un ancien chapitre déjà clos et oublier. C’est être dans l’acceptation totale de ce qui est sans retenir ce qui n’est plus ou ne sert plus. 

  • Finalement c’est s’éloigner des bruits qui vous empêchent d’avancer des casseroles des autres n’étant pas prêt à être eux et ayant encore besoin des fantômes du passé, sans pour autant culpabiliser. Parce que quand on lâche prise on comprend qu’on ne peut aider quelqu’un qui n’a pas envie de s’aider.


Alors finalement doit-on lâcher prise?

La réponse est un grand oui parce que finalement lâcher prise va bien plus loin que l’abandon ou l’échec. L’équilibre de la vie est très mince entre tenir bon et lâcher prise, entre s’accrocher et se décrocher. Une fois qu’on lâche prise on accepte le passé, on ne le renie pas, on construit avec, sans vouloir sans arrêt le changer. On est enfin là, avec ce que l’on a, ou on est, et on construit ce qu’on a toujours voulu construire.




0 vue

©2020 by @anadasilv